La délégation : et si je faisais confiance ?

La délégation : et si je faisais confiance ?

15 septembre 2017,  

La délégation fait partie de la palette des outils classiques de gestion du temps : si l’on est débordé, confions donc une partie de nos tâches à d’autres !
Mais en réalité, elle est souvent mal mise en œuvre tant par le responsable que par le collaborateur. Certains ne veulent même pas en entendre parler, d’autres ont l’impression de maîtriser totalement « cet art », d’autres encore ont tellement eu l’habitude de travailler seuls qu’ils ne savent pas se reposer sur une équipe nouvellement confiée.

La délégation n’est efficace que si on en règle correctement le « curseur », les deux erreurs à éviter indubitablement sont : déléguer totalement sans instructions ni contrôle, ou bien déléguer en refaisant tout après.

Les réticences du responsable sont nombreuses : perte de temps pour expliquer, manque de confiance dans le collaborateur quand à ses compétences et sa capacité de jugement, excès de perfectionnisme empêchant de prendre du recul, refus de confier ses tâches favorites ou familières à quelqu’un d’autre, et parfois, peur de perdre le contrôle des opérations en déléguant…

Le collaborateur n’est parfois pas en mesure d’accepter la délégation : il ne dispose pas d’informations ou instructions suffisantes, il n’a pas les moyens nécessaires ou pas le temps, il manque de connaissances ou de compétences, il refuse d’accepter des responsabilités supplémentaires, il manque de confiance en soi et a peur d’endosser des fautes non commises ou de recevoir des critiques injustifiées.

 

Article de Annette Denis, Consultante Ressources Humaines & Organisation à lire dans son intégralité sur La Lettre des Juristes d'Affaires








Archives actualités