Développer des « produits du droit » : l’avènement de l’avocat marketteur ?

Progressivement, les avocats multiplient les initiatives pour renouveler leurs offres et leur image, face à l’injonction d’évolution qui leur est faite. Sans se départir du cœur essentiel du métier, il leur faut être plus accessibles, plus compréhensibles, et plus « vendeurs ». Une logique marketing qui n’est pas innée dans la profession. 
Parmi ces initiatives, on peut remarquer la stratégie qui permet de cibler précisément le volet d’un domaine du droit, une démarche juridique particulière, ou un contentieux identifié, et de mettre alors à la disposition des prospects une offre claire et déterminée. Mais quelle est la portée de cette stratégie ? Michel Lehrer, associé de Jurimanagement, a accepté de nous apporter son éclairage.


Interview de Michel Lehrer – Associé gérant de Jurimanagement à lire dans son intégralité sur le Village de la Justice

La délégation fait partie de la palette des outils classiques de gestion du temps : si l’on est débordé, confions donc une partie de nos tâches à d’autres !
Mais en réalité, elle est souvent mal mise en œuvre tant par le responsable que par le collaborateur. Certains ne veulent même pas en entendre parler, d’autres ont l’impression de maîtriser totalement « cet art », d’autres encore ont tellement eu l’habitude de travailler seuls qu’ils ne savent pas se reposer sur une équipe nouvellement confiée.

La délégation n’est efficace que si on en règle correctement le « curseur », les deux erreurs à éviter indubitablement sont : déléguer totalement sans instructions ni contrôle, ou bien déléguer en refaisant tout après.

Les réticences du responsable sont nombreuses : perte de temps pour expliquer, manque de confiance dans le collaborateur quand à ses compétences et sa capacité de jugement, excès de perfectionnisme empêchant de prendre du recul, refus de confier ses tâches favorites ou familières à quelqu’un d’autre, et parfois, peur de perdre le contrôle des opérations en déléguant…

Le collaborateur n’est parfois pas en mesure d’accepter la délégation : il ne dispose pas d’informations ou instructions suffisantes, il n’a pas les moyens nécessaires ou pas le temps, il manque de connaissances ou de compétences, il refuse d’accepter des responsabilités supplémentaires, il manque de confiance en soi et a peur d’endosser des fautes non commises ou de recevoir des critiques injustifiées.

 

Article de Annette Denis, Consultante Ressources Humaines & Organisation à lire dans son intégralité sur La Lettre des Juristes d'Affaires

Jurimanagement est le partenaire officiel du 1er Tournoi de Football des Avocats francophones organisé par la Corporate Sport Organisation sous l’égide de la Conférence Internationale des Barreaux (CIB). Ce tournoi se déroulera du 27 au 29 Octobre 2017 prendra place à Meudon, à quelques kilomètres de Paris au complexe sportif  Marcel-Bec.

Pour plus d’informations sur les conditions d’inscription, le règlement du tournoi et les tarifs : téléchargez la brochure du tournoi.

Vous pouvez également vous rendre sur le site de l’organisateur.

Finances / Gestion : L'évaluation du cabinet, la cession ou l'acquisition
RH : Comment faire évoluer votre dispositif d'évaluation de vos collaborateurs ?
Communication : Pourquoi faut-il adopter une stratégie "Digital Workplace" ?
Organisation et management : Réorientation, changement ou évaluation de carrière ? Les bonnes pratiques à se poser
Organisation et management : Legal Design : un bon dessin vaut mieux qu'un long discours.

Pour la recevoir à titre gracieux, vous pouvez contacter Stéphanie Chane-Waï :

– par téléphone au 01 45 00 36 54,
– par e-mail en 
cliquant ici.

Nous vous la ferons parvenir dans les plus bref délais.
Merci

Toute l'équipe de Jurimanagement a le plaisir de vous annoncer la parution du Juribook n° 3 écrit par Caroline Neveux. Cet ouvrage intitulé "Avocats : valoriser, céder, acquérir son activité" est disponible dès aujourd'hui !
Pour toute commande, télécharger notre bon de commande cliquez ici

Les 20 dernières années ont été marquées, en France, par la mise en application du « management par objectif », véritable innovation en matière de management. Cette pratique a été accompagnée par l’instauration de rémunérations variables plus structurées (élargies à d’autres fonctions que celles de commerciaux).
Si cette approche a clairement fait évoluer les pratiques managériales et a favorisé l’implication des collaborateurs dans leur structure, les limites et l’essoufflement de ce système se font aujourd’hui sentir.

 

Article de Annette Denis, Consultante Ressources humaines & Organisation à lire dans son intégralité sur La Lettre des Juristes d'Affaires

Depuis plus d’un an, l’intelligence artificielle a fait son entrée dans les cabinets juridiques français. Ces robots ne sont pas les seuls dans le monde des cabinets d’avocats. En effet, les legaltechs ou encore les start-ups juridiques ont ébranlé la fonction même du cabinet d’avocats. La plupart de ces sociétés (Demanderjustice.comRocketlawyerCaptain Contrat, etc.) proposent aux particuliers comme aux entreprises de passer par une plateforme en ligne pour obtenir des documents juridiques en faisant appel si besoin à un avocat. 
Il appartient à chacun d’innover malgré le scepticisme d’une génération de praticiens. De nouveaux moyens technologiques doivent permettre aux conseils de demain de faciliter l’accès à une information juridique de qualité afin de rendre le droit accessible au plus grand nombre. Parmi ces moyens, nous trouvons les chatbots, aussi appelés « agents conversationnels ». Ils sont présents un peu partout (site web, réseaux sociaux, smartphone) et sont de plus en plus utilisés par les entreprises pour gérer leur relation client.

Créé dans les années 50, le chatbot, ce logiciel muni d’une intelligence artificielle, est devenu indispensable pour les plateformes d’e-commerce et également pour les conseillers en ligne. Ces robots, capables de dialoguer en langage naturel avec des êtres humains, à l’écrit ou à l’oral, se sont popularisés dans les années 2000 sous la forme d’agents conversationnels ou virtuels. Poussés par le progrès en intelligence artificielle, les chatbots sous-tendent une notion de réponse livrée en temps réel correspondant à une demande émanant des utilisateurs. Capables de s’exprimer dans plusieurs langues, les chatbots permettent d’optimiser l’expérience utilisateur en proposant un accompagnement personnalisé.

Article de Stéphanie Chane-Waï, Consultante Marketing et communication à lire dans son intégralité sur La Lettre des Juristes d'Affaires

Rarement la question du choix se sera posée de manière aussi cornélienne durant les élections présidentielles françaises de 2017. À deux jours du scrutin, près de la moitié des électeurs affirmaient ne pas savoir pour qui ils allaient voter au premier tour. Ces élections auront au moins eu le mérite de mettre en lumière la difficulté qui est la nôtre face à certains choix. Comment, en effet, se résoudre à choisir tel candidat ou tel programme ? Et surtout, comment être certain d’avoir fait le bon choix ? Au risque de nous transformer en âne de Buridan1, mort de faim et de soif faute de savoir choisir entre le seau d’eau et le seau d’avoine, nous sommes appelés, au quotidien, à faire des choix.

Article de William Cargill, ancien avocat et consultante sénior de Jurimanagement à lire dans son intégralité sur La Lettre des Juristes d’Affaires

Jurimanagement et Xelya vous invitent à assister au petit-déjeuner le 18 mai sur le thème : « La cyber sécurité : enjeu stratégique et vital pour les avocats »

A l’heure où la profession d’avocat est en plein questionnement sur son avenir, où l’on parle de digital, de Legal Startup, d’ubérisation… Il est une question fondamentale qu’il convient d’aborder, celle de la sécurité des données et informations sensibles contenues dans les systèmes d’informations et bases de données des cabinets d’avocats. Comment répondre aux exigences de la profession (secret, confidentialité …) tout en étant dans son temps sur un marché du droit de plus en plus exigeant.

Les transmissions entre avocats et juridictions font l’objet, depuis quelques années, de la protection du RPVA, mais qu’en est-il de la protection des données numériques et plus classiquement des informations et documents détenus par le cabinet ?

Avec la participation des experts :

  • Gianluca Costanzi : DSI EMEA Clifford Chance LLP
  • Isabelle Renard : Avocate – Docteur ingénieur
  • Maxime Legas : Directeur associé RSSI Xelya
  • Michel Lehrer : Associé consultant Jurimanagement

Déroulé de la Matinée Débat :

  • 8h30 – 9h00 : Accueil des participants
  • 9h00 – 10h30 : Introduction et Table Ronde
  • 10h30 : Echanges / Débats entre les experts et les participants

Lieu de l’événement :

SOFITEL – HÔTEL BALTIMORE situé 88 bis Avenue Kléber – 75116 Paris

Pour s’inscrire ou avoir plus d’informations, cliquez ici.

Dans un contexte de transformation numérique, parce que les modes de travail des collaborateurs ont changé, les entreprises commencent à mettre en œuvre un nouvel environnement de travail appelé « Digital Workplace ».

Qu’est-ce que la Digital Workplace ?
Ce terme anglo-saxon fait référence à un environnement unifiant l’ensemble des technologies digitales utilisées par l’entreprise, que nous utilisons au quotidien : logiciels de messagerie instantanée, mails, applications professionnelles, réseaux sociaux, applications RH, outils de réunions virtuelles… Son but ? Favoriser une expérience utilisateur de qualité, et de préférence mobile, tout en responsabilisant le collaborateur. Une obligation pour l’entreprise qui désire soigner sa marque employeur dont la clé réside dans la capacité à produire un réel changement dans les cultures managériales.

Article de Stéphanie Chane-Waï, Consultante Communication à lire dans son intégralité sur le site de La Lettre des Juristes d'Affaires








Archives actualités